Nos amis 

les poux !

En savoir

un peu plus.

Régle n°1 : Ne pas s'offusquer / Ne pas avoir peur.

POU DE TÊTE

 

Le pou de tête est un parasite exclusif de l’homme. Il n’est pas dangereux. Tout le monde peut en attraper !

Il vit en toute saison.

 

Ne pas dramatiser malgré la répulsion fréquemment déclenchée par le pou.

 

 

COMMENT VIT ET SE TRANSMET LE POU ?

 

Il vit confortablement à la racine des cheveux. Il se nourrit de sang en piquant la peau. Il peut vivre ainsi 1 à 2 mois.

Il se déplace rapidement avec ses pattes et passe ainsi facilement d’une tête à une autre, mais il ne vole pas et il ne saute pas. Le pou résiste à une immersion prolongée dans l’eau.

La femelle pond chaque jour une dizaine d’œufs (lentes). Ces lentes sont accrochées solidement à la racine du cheveu par une substance collante. La larve devient adulte au bout de dix jours et peut alors se reproduire à son tour.

C’est ce cycle de reproduction du pou qui définit la conduite à tenir quelle que soit la méthode utilisée pour le combattre.

La transmission se fait le plus souvent par un contact direct même court de tête à tête. Toutefois, la transmission indirecte par objets ou tissus infestés est possible.

 

Régle n°2 : Expliquer aux enfants /  Détecter

 

COMMENT FAIRE LE DIAGNOSTIC ?

 

Toute démangeaison persistante ou « alerte aux poux » impose un examen des cheveux. La meilleure méthode est le peignage humide : démêler les cheveux mouillés avec un peigne ordinaire puis les peigner méticuleusement avec un peigne à pou, mèche par mèche, au dessus d’un linge ou d’un papier blanc. Inspecter ou essuyer régulièrement le peigne pour constater la présence et l’élimination des poux.

Régle n°3 : Traiter mais traiter correctement 

Seules les personnes porteuses de pou sont ensuite à traiter. La recherche concerne tout l’entourage familial (parents, fratrie, …) et proche (activité partagée).

 

COMMENT TRAITER ?

 

Le pharmacien conseillera sur les produits commercialisés dont l’efficacité est avérée et leur utilisation optimale.

 

1. Les insecticides : - Les Pyréthrines de synthèse ou naturelles. - Le Malathion.

Ces insecticides sont actifs sur les poux mais leur effet sur les lentes n’est pas absolu. C’est pourquoi il est indispensable de répéter le traitement.

Bien respecter le temps de pose en fonction de l’âge et en renouvelant le traitement au moins une fois, 7 à 10 jours plus tard, avec le même produit. Il ne faut pas couvrir la tête après application d’un insecticide.

Des réactions locales ou générales sont possibles selon le produit utilisé. Bien lire les notices relatives aux risques d'effets indésirables.

 

2. Les lotions asphyxiantes :

il s’agit de dérivés du silicone (Diméticone) qui agissent en engluant le pou et en l’étouffant. Ce traitement semble efficace sur les poux et présente l’avantage de n’être pas toxique et probablement d’éviter les résistances constatées aux insecticides. L’application doit être renouvelée.

 

3. Le peigne à pou :

Il est un moyen de détection, mais c’est également un moyen de traitement. Il demande du temps (5 à 10 minutes par séance), de le patience et de la persévérance. Il doit être quotidien et poursuivi au moins 2 semaines après constat de la disparition des poux.

 

4. La décontamination :

De tout ce qui a pu être en contact avec les cheveux infestés :

- vêtements et objets portés les jours précédents : pyjama, chemise de nuit, peignoir, capuche, bonnet, écharpe, manteau, pull, barrette, chouchou, casque ….

environnement : linge de lit, linge de toilette, couverture, doudou, peluche, objet de coiffage (peigne, brosse,..), dossier de fauteuil, siège auto, etc....

 

5. Les recettes de « grand-mère »

(Pour information et sous toutes réserves) http://www.trucsdegrandmere.com/

 


 

                           Attention, toutefois.....

 

D’autres produits parfois utilisés n’ont pas d’efficacité démontrée. Certains sont dangereux. L’usage à titre préventif ou répulsif des insecticides est formellement déconseillé.

Régle n°4 : Se renseigner - Informer - Communiquer

QUELQUES CONSEILS 

 

S’informer mutuellement dans un climat de confiance réciproque :

 

prévenue, l’école pourra à son tour informer par écrit tous les parents d’élèves de la classe ou de l’école et leur demander d’examiner la chevelure des enfants et des proches, et de renforcer la surveillance intra-familiale pendant quelques semaines.


 - Attacher les cheveux longs ou raccourcir la coupe réduit le risque de transmission. Les filles sont plus souvent infestées que les garçons !

 

- Surveiller régulièrement la chevelure avec le peigne à pou (recommandé une fois par semaine).

 

L’école peut utilement :

- fixer la date de début de traitement de toutes les têtes

infestées, par exemple un samedi soir : L’idéal est un traitement « collectif et concomitant ».

 

- Veiller à l’espacement suffisant des porte-manteaux en classe, à la cantine, au gymnase.

- Eviter les échanges de brosse, de peigne, et le rangement tassé de vêtements.

- Mêmes précautions lors de la sieste des petits (doudou, couchage..).

- Eviter les situations de contact « tête à tête ».

 

EN SAVOIR PLUS

 

Sources : - http://www.ac-caen.fr/ia50/outils/ressadcom/poux.pdf

- Arrêté du 3 mai 1989, avec Avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France et Avis du Conseil supérieur de l'éducation nationale :

 

il n’y a pas d’éviction scolaire si un traitement a été suivi.

 

Site belge francophone conseillé : http://poux.questionsante.org/

 

 

 

LE PRESENT DOCUMENT VOUS SERA REMIS SUR SIMPLE DEMANDE

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now